commune sans pesticide ?

De façon étonnante, nos villes sont devenues des refuges pour certaines espèces animales, qui ne trouvent plus dans certaines campagnes que des environnements hostiles. En effet, si de plus en plus d’agriculteurs se tournent vers des méthodes biologiques, d’autres restent fidèles à un dogme productiviste. Nulle volonté ici de les stigmatiser, nous ne connaissons que trop bien les difficultés rencontrées par les cultivateurs pour tirer des revenus satisfaisants de leur activité.

Cependant, les produits déversés pour augmenter les rendements (les engrais) et éliminer les menaces extérieures (lespesticides) ne sont pas les meilleurs compagnons des petits habitants originels de nos campagnes. Les abeilles par exemple souffrent énormément, et ce depuis longtemps, des pesticides. Cela a déjà été mille fois répété, mais une fois de plus ne peut pas faire de mal : les abeilles sont des insectes pollinisateurs qui, en butinant de fleur en fleur, assurent la pérennité et la diversité des espèces végétales. Alors que font les abeilles pour survivre ? Elles se tournent vers les centres urbains. En effet, les engrais et pesticides ne sont pas seulement dangereux pour les insectes, ils le sont évidemment aussi pour l’homme qui, exposé à de trop fortes concentrations, peut développer à terme de graves maladies. Les cas d’agriculteurs atteints de ces pathologies sont ainsi légion.

Pour éviter que les Français (dont une immense partie habite désormais en ville) ne développent ces maladies très craintes, les autorités font souvent le choix de se passer de pesticides pour traiter les espaces verts municipaux ou désherber les aires publiques. Mais qu’en est-il chez vous ? Au pied de votre immeuble ou devant votre portail ? La municipalité ou l’intercommunalité dont vous dépendez fournissent-ils des efforts suffisants pour vous protéger de ces produits dangereux ?

Pour le savoir, vous pouvez vous rendre sur www.0phyto-100pour100bio.fr. Ce site de mobilisation citoyenne répertorie les communautés territoriales qui ont fait le choix de se passer des produits phytosanitaires. Pour l’instant, la carte ne recense qu’environ 650 villes, mais le site ambitionne de devenir exhaustif le plus vite possible. Pour cela, il propose aux internautes un kit de mobilisation qui leur permettront de sensibiliser leurs voisins tout en interpellant les dirigeants locaux. Grâce à l’aide de tous ceux qui le souhaitent et qui lui font remonter les informations récoltées sur le terrain, www.0phyto-100pour100bio.fr pourrait bientôt devenir une véritable bible sur l’usage des pesticides en France.

N’hésitez pas à le consulter et à lui donner un petit coup de main !

Source : http://www.univers-nature.com/

PS : En Haute-Savoie, les villes de Bonneville, la Roche sur Foron, Marignier, Gaillard ou bien encore Annemasse répondent n’utiliser aucun pesticide ou seulement sur les lieux à contrainte type terrain de sport, cimetière…

La mairie de Taninges, après deux sollicitations, n’a pour le moment pas répondu à cette enquête.

 

 

Comments are closed.